Avec Via Septemtriones Templi, les couloirs du temps, à Walincourt (5/7)

logo la voix du nordVendredi 10 mai 2013

.

C’était il y a bien longtemps: deux enfants, lui moine Templier, elle sœur hospitalière, voulant se rendre en Croisades, se perdirent sur la Voie des étoiles, égarés entre mille époques sur le Chemin des commanderies. Toute cette semaine, suivons Adam et Alix dans leur périple, entre Caudry et Villers-Outréaux, le long d’une route qui des millénaires plus tard, ce dimanche 12 mai, sera inaugurée par l’association Via Septemtriones Templi… Nous les rattrapons à Walincourt.

Moulin Brunet

L’aube venue, suivant les indications des paysans de Selvigny, Adam et Alix reprirent leur route, et après quelques instants, commencèrent à percevoir des clameurs. Ils gagnèrent un bourg et débouchèrent sur une place où se dressait, seul et en armure, la lance au poing, un chevalier de fort belle allure, mais étonnamment vociférant. La foule criait à l’unisson de cet homme en qui les enfants reconnurent le belliqueux seigneur dont leurs hôtes leur avaient parlé. Le Templier et l’Hospitalière se faufilèrent entre les spectateurs, tandis qu’il hurlait toujours : Qui osera m’affronter ? Je me battrai à outrance, seul, avec l’épée, la lance et la hache, avec l’aide de Dieu, de la Sainte Vierge, de monsieur Saint Georges et de sa dame !

On dit qu’il a fait afficher sa folie dans toutes les villes d’Europe, pour provoquer un combat à Conchi, en Flandre, commenta un compère alors qu’Alix et Adam le frôlaient pour passer. Et si personne n’y vient, que fera-t-il ? Ira-t-il chercher des aventures dans tout le royaume de France, et jusqu’en Espagne ?

Le propos se conclut par un franc rire. Adam entraînait Alix par la main à travers la foule. Elle ne comprit le dessein de son ami que lorsqu’ils se trouvèrent juste devant le chevalier, qui du coup interrompit sa harangue.

Quoi, un moine et une nonne ? M’apportez-vous le message d’un adversaire ?

Que non, répondit Adam, surexcité, et c’est moi-même qui vous affronterai céans…

Et ce disant l’enfant mit l’épée au clair, soulevant un murmure de stupéfaction – et quelques rires. Abasourdi, le chevalier considéra ce garçon, le seul à être venu le défier ce matin.

Hum, marmonna-t-il, qu’est-ce que cette fantaisie ?

Mon ami est fatigué, intervint Alix, paniquée. Le soleil matinal l’aura frappé. Pardonnez sa folie, messire, nous allons nous retirer à l’instant même…

Il n’en sera rien ! s’exclama le Templier en se dégageant de l’emprise de sa compagne.

Jean de Verchin sembla réfléchir. Autour d’eux, la populace s’était tue. Reconnaissant dans ce visage, trop jeune pour qu’il accepte de le combattre en tout honneur, sa propre furie guerrière, il lui trouva soudain un exutoire : Jeune Templier, je ne suis que Jean, sénéchal du Hainaut-Cambrésis, seigneur de Cysoing, de Walincourt, Malincourt, Selvigny et Clary ; je ne suis pas digne de ta belliqueuse ardeur. C’est à un géant qu’il faut que tu te confrontes. J’en connais un, qui règne sur ces terres. Si tu le veux, tu iras le trouver, pour l’occire.

Parbleu ! s’écria Adam. Et l’arme toujours au poing, il traversa la foule au pas de course, dans la direction que lui indiquait le seigneur de Walincourt. Alix s’élança à sa suite. Bientôt elle le repéra, dressé au pied d’un moulin dont les ailes tourbillonnaient dans le vent montant, et il battait des bras, ne sachant par quel biais attaquer ce géant…

La jeune hospitalière laissa passer le grain. Puis, lorsqu’Adam eut laissé retomber son arme, elle s’approcha et lui prit la main.

C’est un moulin à vent. Le garçon hocha la tête, renifla. Puis il murmura : Personne ne m’a vu, n’est-ce pas ? Non, sourit Alix. Dieu soit loué. Ou ma déraison aurait pu marquer les esprits et rester dans l’histoire (1). C’est sans doute une diablerie. Ou l’excès d’enthousiasme d’un jeune homme, dit doucement Alix en riant sous cape. Veux-tu à présent que nous poursuivions notre route ? Piteusement, Adam acquiesça. Comme ils s’éloignaient, le vrombissement des ailes du moulin baissa, puis s’éteignit. C’est alors qu’un autre vrombissement, bien plus puissant, sembla grossir dans le plein jour…

Par Hélène Harbonnier

.

La suite demain, à Malincourt !

(1) Adam n’est pas demeuré dans l’histoire, au contraire de Jean de Verchin, qui selon Voltaire, put inspirer à Cervantès son Don Quichotte. Ni Espagnol ni Flamand donc, mais Cambrésien…

Le chemin emprunté par Adam et Alix sera celui que fouleront les marcheurs participant à l’inauguration du nouveau tronçon du chemin des Commanderies balisé par l’association Via Septemtriones templi. Dimanche 12 mai, rendez-vous à 8 h, place de l’église à Villers-Outréaux.

Renseignements : 06 49 88 64 58

Mail : viaseptemtrionestempli@gmail.com

.

L’article au format PDF : Clic !

Cet article a été publié dans Revue de Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.