Avec Via Septemtriones Templi, dans les couloirs du temps, à Ligny (2/7)

logo la voix du nordMardi 7 mai 2013

.

Avec Via Septemtriones Templi,

dans les couloirs du temps,

à Ligny (2/7)

.

C’était il y a bien longtemps : deux enfants, lui moine Templier, elle sœur hospitalière, voulant se rendre en Croisades, se perdirent sur la Voie des étoiles, égarés entre mille époques sur le Chemin des commanderies. Suivons Adam et Alix dans leur périple, entre Caudry et Villers-Outréaux, le long d’une route qui des millénaires plus tard, ce dimanche 12 mai, sera inaugurée par l’association Via Septemtriones Templi…

Le château tel qu’il se présente aujourd’hui après avoir été soigneusement rénové.

Le château tel qu’il se présente aujourd’hui

après avoir été soigneusement rénové.

.

Le château qu’ils avaient aperçu en quittant Caudry grandit bientôt jusqu’à les écraser de sa hauteur lorsqu’ils furent presque à son pied. Alors les interpella le martèlement de sabots doublé du cliquètement d’armures. Un groupe d’hommes en armes s’approchait. Les apercevant, Adam dégaina son épée et se plaça devant Alix ; et pareillement, quoique face à eux se dressât un enfant, étant donné que son arme n’était pas un jouet, les soldats tirèrent l’épée au clair.

Une nouvelle fois Alix calma son ami en posant la main sur le plat de la lame pour forcer son compagnon à baisser la garde. Ce que voyant, les soldats firent de même. La petite sœur hospitalière, pour détendre l’atmosphère, demanda des indications pour poursuivre leur route… Et s’étant approchée pour se faire mieux entendre, elle aperçut eu milieu des hommes, non pour la protéger mais pour empêcher sa fuite, une femme coiffée court, les fers aux poignets et aux chevilles, livide, et pis que tout, vêtue en homme.

« Diablerie… » souffla Adam avec une hargne non dénuée de crainte devant un tableau si incongru.

Comme leurs regards se croisaient, Alix, dont la mission de sœur hospitalière était d’aider son prochain, sur le chemin des Commanderies ou ailleurs, devina la prisonnière prête à défaillir ; et effectivement, ses jambes cédèrent en cet instant et sa garde dut la soutenir avec un dégoût mal dissimulé avant qu’elle ne s’effondre tout à fait. Aussitôt Alix la rejoignit, se faufilant entre les soldats à ce point sidérés de l’audace de cette petite fille qu’ils ne lui firent pas obstacle ; et elle tendit à la femme hagarde un morceau de brioche qu’elle conservait dans sa besace. Un membre de l’escorte siffla entre ses dents en voyant la captive dévorer ce mets réservé aux plus fortunés. Il lui donna une bourrade dans les côtes.

« Va, sorcière ! Remercie donc la nonne de t’avoir cédé sa pitance ! »

À présent, Alix et la femme déguisée en homme se trouvaient face à face au milieu du cercle des soldats, l’enfant debout et l’adulte à genoux mais presque à sa hauteur. La prisonnière leva sur la fillette un regard fier et noble, et Alix fut saisie de l’intuition d’avoir rencontré là un personnage hors du commun.

–  Je te remercie, enfant, dit-elle.

– Qui êtes-vous ? ne put retenir Alix, alors que grandissait l’impatience des soldats voulant poursuivre leur route, et celle d’Adam, maintenu hors du cercle des épées.

– On me nomme Jeanne d’Arc, et tu me vois ici sur le chemin de ma mort. (Elle leva les yeux vers le château qui semblait les étouffer de toute sa masse). Et je marche ici, à Ligny, sous les murs d’un parent de celui qui me livra à nos ennemis, maudit soit-il !

– Ça suffit, debout ! beugla un soldat.

Et d’une brusque poussée, sans toutefois oser frapper Jeanne sous les yeux de la moniale, il la força à se relever. Le groupe se sépara pour mieux exclure Alix de ses rangs. Encore ébranlée, elle lança :

– Mais où allez-vous ?

– À Beaurevoir, il est une tour où cette bougresse prendra ses quartiers…

La troupe éclata d’un rire gras. Alors retentit la voix de Jeanne :

– Enfants, vous m’avez aidée, c’est à mon tour. Les habitants de ce village, Ligny, ont pour surnom « Les Leus », car les bois alentour regorgent de loups. Soyez braves, mais restez prudents !

– Merci, Jeanne d’Arc… souffla Alix, encore estomaquée.

Cette fois, ce fut Adam qui la prit par le bras :

– Allez, continuons. Le vieux tisserand de Caudry nous a enjoints de poursuivre pour retrouver notre chemin…

Ils eurent tôt fait de quitter le village. Quand soudain, une ombre surgit devant eux… La prédiction de Jeanne avait-elle pris vie ? L’animal émit un long aboiement…

Par Hélène Harbonnier

.

La suite demain, à Caullery !

Le chemin emprunté par Adam et Alix sera celui que fouleront les marcheurs participant à l’inauguration du nouveau tronçon du chemin des Commanderies balisé par l’association Via Septemtriones Templi.

Dimanche 12 mai, rendez-vous à 8 h, place de l’église à Villers-Outréaux.

Renseignements : 06 49 88 64 58

Mail : viaseptemtrionestempli@gmail.com.

.

L’article au format PDF : Clic !

Cet article a été publié dans Revue de Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.