Le Catelet : Gardienne du Secret des Templiers

Samedi 9 avril 2011

.

Le Catelet

Gardienne du Secret

des Templiers

.


A gauche, la coquille Saint-Jacques symbole du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, à droite le nouveau chemin avec la croix rouge, l’étendard des Templiers.

Entre Saint-Quentin et Cambrai, le paisible village du Catelet n’a pas l’habitude d’être au cœur d’une actualité médiatique et touristique bouillante. Les 200 habitants ne s’en rendent pas encore compte, mais ils sont peut-être en train de vivre la plus grande révolution de leur histoire dans le domaine des transports depuis la tragique disparition de la ligne de chemin de fer Le Catelet-Bohain-Guise, après la Seconde Guerre mondiale.
Au carrefour de deux autoroutes touristiques, l’une déjà réalisée, l’autre en construction, le bourg pourrait bientôt voir débarquer une tumultueuse horde de barbares*, d’un genre nouveau des pèlerins, Belges et Français principalement.
L’association Saint-Jacques-en-Boulangrie, basée à Cambrai, qui a déjà inauguré en fin d’année dernière le balisage de l’itinéraire nord du chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle – parcours qui devrait être prolongé d’ici juin – récidive en effet avec un itinéraire bis. Consacré aux Templiers cette fois.
Les automobilistes pressés – qui passent au Catelet pour filer vers le Cambrésis – ignorent que ceux-ci ont été autrefois les gardiens de la commune.
La propriété de la Frénaie, une grande bâtisse entourée d’un mur d’enceinte, aujourd’hui appelée par les gens du cru « le château », n’est autre que le reliquat d’une ancienne commanderie.

 

Une renaissance pour Le Catelet ?

Mis sur la voie par un apothicaire contemporain, le sieur Regis Quenesson, président de Saint-Jacques-en-Boulangrie a creusé, et a trouvé d’autres vestiges templiers sur la route de Tournai à Saint-Quentin. Mais en prenant la route de Valenciennes et Caudry. Avant d’atterrir au Catelet, la route nouvelle passera même par Beaurevoir. « On y a trouvé des traces, la commune pourrait également avoir abrité dans le passé une commanderie ». Il y voit un signe. « On parle beaucoup de la Tour Jeanne d’Arc en ce moment (menacée de déclassement, N.D.L.R.). Certains historiens pensent qu’elle a pu appartenir à des templiers. Peut-être qu’en remettant à l’honneur ce chemin des Templiers, nous arriverons à lui redonner de l’intérêt et donc à la sauver. »
L’association remarque également qu’historiquement, il y a toujours eu un lien entre les Templiers, et les pèlerins. Ceux-ci devant les protéger lorsqu’ils se rendaient sur la route de Jérusalem. « Lorsque celle-ci a été coupée, il semble bien que les Templiers se soient repliés sur la route de Saint-Jacque-de Compostelle, on en retrouve d’ailleurs quelques signes en Espagne. » Et d’insister : « Nous sommes les seuls en France à travailler sur les deux thématiques ».
Via Septemtriones Templi, la nouvelle association parallèle à Saint-Jacques en-Boulangrie, créée pour l’occasion, ambitionne d’ouvrir ce nouveau tracé d’ici trois ans. Les chercheurs de métaux, avides de vestiges, pourraient venir y faire leurs affaires.
Il se murmure déjà que les Catelésiens rêvent de prendre leur revanche sur une autre cité, bien plus développée située plus au sud, qui elle aussi figure au carrefour de deux autoroutes, l’A29 et l’A26.

*Ancien mot pour désigner les étrangers

Par Jérôme POINSU

Cet article a été publié dans Revue de Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.