Sur les traces des Templiers

Jeudi 04 novembre 2010.

Régis Quennesson

part sur les traces

des Templiers

dans le Caudrésis

.

 Régis Quennesson s'en amuse, le chemin de Saint-Jacques lui est «tombé dessus». Régis Quennesson s’en amuse,

le chemin de Saint-Jacques lui est «tombé dessus».

.

|  LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ |

Le Clarysien Régis Quennesson refait des siennes. En 2007, il parcourait les 2 500 km du chemin de Saint-Jacques de Compostelle. En 2008, il créait l’association Saint-Jacques en Boulangrie pour flécher le chemin dans le Cambrésis. Cette fois, c’est une variante caudrésienne qu’il entend baliser… sur les traces des Templiers. On ne l’arrêtera donc jamais !

Depuis que Régis Quennesson a parcouru le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, en 2007, pour promouvoir le don du sang, ledit chemin ne le quitte plus. « Ça m’est tombé dessus ! », dit-il. Un an après cette opération d’envergure, menée au départ de Clary, Régis Quennesson avait déjà créé l’association Saint-Jacques en Boulangrie. Son objectif : baliser le chemin de Saint-Jacques de Compostelle dans le Cambrésis.

En juin dernier, le premier tronçon de ce parcours a été inauguré, entre Cambrai et Gouy, dans l’Aisne. Soit 30 km sur les 120 que l’association s’est donné pour mission de flécher, le long de l’Escaut. Au printemps, la vingtaine de membres actifs de Saint-Jacques en Boulangrie reprendra son travail pour flécher l’ensemble du tracé d’ici « l’été prochain si tout va bien », lance Régis Quennesson.

Variante sinueuse et thématique

Le Clarysien pourrait s’en tenir là… Point du tout. « Dans la foulée, nous partirons sur le chemin du Caudrésis », s’exclame-t-il. Cette nouvelle aventure, il la doit à un Beauvoisien, Jean-Jacques Masselot, qui, après l’inauguration de juin, lui a adressé une lettre pour attirer son attention sur un itinéraire caudrésien entre différents lieux liés aux Templiers.

« Les Templiers étaient les gardiens des voies de pèlerinage, qui étaient de véritables coupe-gorges », raconte Régis Quennesson. Au lieu-dit du Fresnoy, près de Beauvois, on trouverait des traces d’une ancienne commanderie templière et, à Selvigny, existait autrefois une chapelle de l’ordre religieux.

« J’avais comme un genre de frustration car on ne pouvait pas faire bénéficier le Caudrésis du chemin de Compostelle, indique Régis Quennesson. Donc, j’ai eu l’idée d’une variante, d’un chemin plus sinueux et thématique sur les traces des Templiers. » De Quiévy au Catelet, dans l’Aisne, en passant par Le Fresnoy et Selvigny, un itinéraire bis devrait donc voir le jour.

Les bénévoles de l’association Saint-Jacques en Boulangrie sont évidemment les premiers soutiens de ce nouveau projet. Mais Régis Quennesson sait aussi pouvoir compter sur l’office de tourisme du Cambrésis et assure en avoir déjà touché un mot à quelques élus locaux, « enchantés ». « Le but est de faire connaître notre patrimoine par le biais du tourisme vert », résume le Clarysien.

Dans un premier temps, l’association souhaite communiquer sur son nouveau projet pour « avoir des retombées d’informations » sur l’implantation locale des Templiers et « recréer un groupe au niveau du Caudrésis », tant pour retracer l’histoire des chemins que pour effectuer des repérages sur le terrain.

Parallèlement, le Département et la Fédération française de randonnée pédestre (FFRP) s’intéressent également à développer ces chemins de randonnée dans le Cambrésis. « On a lancé une dynamique sur laquelle les gens viennent se greffer », constate Régis Quennesson. Et de conclure : « Plus notre chemin sera matérialisé, plus il sera emprunté ! ».

http://saintjacquesenboulangrie.wordpress.com/

Par  ALICIA  GAYDIER


.

Jeudi 04 novembre 2010

.

LA RÉGION DE A À Z

– Encart régional

.

CLARY

Une « variante » aux chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Président de l’association Saint-Jacques en Boulangrie, créée pour flécher le chemin de Saint-Jacques de Compostelle dans le Cambrésis, le Clarysien Régis Quennesson n’avait qu’un regret : les 120 km du tracé ne passaient pas par le Caudrésis… Alerté par un habitant de Beauvois-en-Cambrésis sur l’existence d’un tel itinéraire, Régis Quennesson a eu l’idée d’une « variante » via des lieux liés à l’histoire des Templiers. De Quiévy au Catelet dans l’Aisne, en passant par Le Fresnoy, un itinéraire bis va donc voir le jour.

Cet article a été publié dans Revue de Presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.